AEQUORA ECO-RESPONSIBLE

TABLE DES MATIÈRES

L’environnement

L’eau douce est souvent rare dans les îles Canaries. C’est pourquoi nous demandons à chacun d’être prudent avec l’utilisation de l’eau. Le saviez-vous Si 500 personnes ne laissent pas couler l’eau pendant qu’elles se brossent les dents, elles économiseront au moins 50 000 litres d’eau chaque semaine.

  • Le changement des serviettes sera effectué si vous les laissez sur le sol de la salle de bain. Si vous préférez les réutiliser, l’environnement vous remerciera. Cela permet d’économiser des quantités considérables d’électricité, de détergent et d’eau.
  • Le changement des serviettes de piscine s’effectue du lundi au samedi (au centre de bien-être) et le dimanche (à la réception) de 10h00 à 13h00. Ne les changez pas quotidiennement et ensemble nous vous aiderons à dépenser moins d’eau !

Notre système de carte numérique permet d’économiser de l’électricité en remarquant lorsque vous quittez votre chambre. Veuillez noter que le minibar et la prise à côté de votre bureau resteront toujours actifs.

L’Sentido Aequora Lanzarote Suites est certifiée Travelife Gold Award.

Travelife est un programme de prix de durabilité indépendant et internationalement reconnu pour l’industrie du tourisme. Une centaine de critères sont évalués, notamment des salaires équitables pour le personnel et des mesures visant à minimiser la consommation d’énergie et d’eau, à réduire les déchets et à privilégier les fournisseurs locaux.

Mesures écologiques durables

Mesures d’économie énergetique 

  • Energie solaire (panneaux solaires)
  • Energie géothermique pour produire de l’eau chaude et climatiser l’eau des piscines
  • Utilisation de la domotique : système informatisé de contrôle à distance de l’énergie
  • Horloge astrologique
  • La faible consommation des équipements de cuisine
  • Les chaudières sont GPL
  • Système LED
  • Système d’éclairage avec détecteur de mouvement dans les zones comunes
  • Système de carte clé éteindre les lumières et le climatiseur des hambres del clients
  • Thermostats programmés  selon les normes européennes
  • Commutateur magnétique pour les fenêtres et les portes
  • Groupe de pression avec variateur
  • Extracteurs de cuisine avec variateur
  • Isolation thermique sur des tuyaux

Mesures économiques d’eau   

  • Production d’eau propre avec le traitement de l’eau par osmose inverse
  • Réducteurs de débit : aérateur des robinets thermostatique de type ECO avec un triple économie et une double position.
  • Système d’irrigation goutte à goutte
  • WC avec deux décharges d’eau
  • Utilisation de vadrouilles pré-imprégné et torchons pour le nettoyage des surfaces et du sol. économies mensuelle moyenne de ce système est de 40.000L
  • Jardin est constitué de plantes indigènes à faible irrigation
  • Traitement des piscines avec électrolyseurs

Gestion de résidus

  •  PRODUCTION DE RÉSUDUS URBAIN

L’Hôtel a mis en place une collecte sélective de la majorité des déchets urbains et assimilables aux zones urbaines pour faciliter la récupération, le recyclage ou la réévaluation de ceux-ci.

Actuellement, nous réalisons la séparation et la collecte municipale des déchets urbain suivants: déchets organiques, déchets de jardin, emballage, verre, papier et carton, huile végétale usagée et lréservoirs de toner usagés. Ceux-ci sont livrés à un agent autorisé.

Nous avons deux points de collecte de recyclage à la disposition des clients. Le premier est situé dans l’un des couloirs du bloc 6 et l’autre à la sortie arrière de l’hôtel.

  • PRODUCTION DE DÉCHETS DANGEREUX

Dans la classification des déchets dangereux générés l’hôtel possède : des ampoules fluorescentes de faible consommation d’énergie, des récipients ayant contenu des substances dangereuses, des piles, torchons usagés d’huiles et de dissolvant.

Flora y Fauna

LANZAROTE SPECIES

En raison des caractéristiques océaniques, climatiques et géologiques des îles Canaries, parmis lequels autres facteurs, dans l’archipel, il existe une variété d’espèces endémiques de flore sauvages de l’Espagne et environ 40% de la faune d’invertébrés se trouvent dans les îles Canaries.

Compte tenu de la menace que les activités humaines peuvent causés dans l’habitat des îles, le Ministères de la planification et de l’environnement du gouvernement des îles Canaries a promulgué un décret dans laquelle est classé les différentes espèces par catégories et en fonction du risque qu’ils prennent. Ce décret en plus de créer un catalogue, a définit la forme de gestion et la création d’un plan de rétablissement et de conservation des espèces. Vous pouvez avoir le catalogue des espèces menacés en voie de disparition sur le site du gouvernement des îles Canaries.

Toutefois il est important de connaitre les espèces en voies de disparition qui habitent l’île de Lanzarote, et d’avoir une prudence particulière sur l’environnement pour préserver ces espèces.

 PROTECTION DES PARDELAS

L’îlot de Alegranza abrite une biodiversité importante, son avifaune, est composé d’importantes espèces d’oiseaux ménacés , non seulement au niveau régional mais aussi au niveau national et international. Ils se distinguent par leur degré de disparition des colonies d’oiseaux marins européennes Bulweria bulwerii, macareux, Puffinus assimilis, Pelagodroma marina, Hydrobates pelagicus et Oceanodroma castro) et rapaces (balbuzard -, faucon de Eleonora -, Neophron percnopterus), tout comme la Montaña Clara, La Graciosa, el Roque del Este, el Roque del Oeste y el Risco de Famara, il est un lieu de repos pour de nombreux oiseaux migrateurs.

HOUBARA CANARIA

La hubara ou avutarda est une espèce en voie de disparition, Il existe environ 1000 espèces dont plus de la moitie vivent à Lanzarote. Cette espèces habite principalmente sur l île la Graciosa Alegranza, Guatiza, Famara, Playa Quemada et la zone entre Janubio et Rubicón. Leurs principales ennemis et menaces sont les activités humaines. Évitez dans la mesure du possible, conduire en tout terrain (jeep) en jetant des déchets et faire toute autre activité qui peut nuire à son habitat naturel.

LE CRABE AVEUGLE DU JAMEOS

Le crabe aveugle  du Jameos  est une espèce endémique de Lanzarote qui ne vit que dans certains zone, appelé los Jameos, il est en voie de disparition. Cette espèce, symbole naturel de l’île de Lanzarote, de couleur blanchâtre, est particulièrement sensible à la lumière et au bruit. En plus, les métaux sont très dangereux et nuisibles pour lui, c’est pourquoi il est totalement interdit de jeter des pièces dans los Jameos et dans la mer.

Soustenabilité

pollution marine

Qu’est-ce que la pollution marine?

La pollution marine est le résultat de la pollution des océans. Jusqu’aux années 70, on croyait généralement qu’en raison de la grande quantité d’eau dans les océans, il avait la capacité de diluer tous les polluants sans générer de conséquences dans l’environnement. Au cours de ces années, toutes sortes de produits chimiques, d’eaux usées non traitées et même de déchets radioactifs ont été déversés dans les mers, dans l’espoir qu’ils disparaîtraient dans le bleu profond.

Cependant, loin d’être dilués, ces polluants se sont accumulés à la fois dans l’eau et dans les chaînes trophiques et, en outre, ils ont réussi à être distribués sur toute la planète dans des endroits où l’activité humaine n’est pas aussi présente, comme la fosse des Mariannes ou l’Antarctique.

Causes de la pollution marine

Les causes de pollution des océans et des mers ou de pollution marine sont diverses et nombreuses. Voici ceux qui ont un impact plus important sur l’eau salée ou les écosystèmes marins:

Pesticides et herbicides

Bien qu’ils soient principalement utilisés sur terre, ils peuvent atteindre les mers par les rivières et les eaux souterraines. Ils peuvent diminuer les populations de phytoplancton, d’algues et de plantes marines, entraînant une diminution de l’oxygène dissous dans l’eau. En outre, ils peuvent se bioaccumuler dans les tissus et remonter la chaîne trophique, ainsi que provoquer des altérations du comportement et de la reproduction, et causer des dommages aux systèmes immunitaire, endocrinien et neurologique des animaux (crustacés, poissons, mammifères, oiseaux).

Engrais et détergents

Les deux provoquent un enrichissement en nutriments des eaux (eutrophisation), car elles sont principalement composées d’azote (engrais) et de phosphore (engrais et détergents). Lorsque ceux-ci atteignent les plans d’eau, les algues qui y vivent commencent à se développer et à former une couche de biomasse qui empêche l’entrée de la lumière du soleil et le renouvellement de l’oxygène et rend donc la vie impossible dans ces zones eutrophisées.

Produits chimiques

Toutes sortes de produits chimiques peuvent être trouvés dans l’océan à la suite d’un déversement intentionnel ou d’un transport à partir des continents et des côtes. Cette gamme s’étend des métaux lourds et des déchets radioactifs des industries aux médicaments, médicaments et hormones, entre autres. Les effets de ces substances sont la mort par empoisonnement dans les cas les plus extrêmes, l’apparition de malformations, différents troubles métaboliques et comportementaux et la bioaccumulation dans la chaîne trophique pouvant nous atteindre à nouveau.

Hydrocarbures

Ils atteignent l’océan par les rejets, le drainage des eaux intérieures ou d’autres activités humaines (bateaux de pêche, bateaux, navires de croisière, etc.). Lorsqu’un déversement de pétrole se produit, les animaux (poissons, oiseaux) meurent asphyxiés, en outre, il empêche l’entrée de la lumière du soleil et les composants de sa décomposition peuvent affecter le comportement et la physiologie des organismes.

Eaux usées

Dans de nombreux cas, les eaux usées des populations et des industries sont rejetées sans aucun contrôle. Cela favorise l’eutrophisation due à l’enrichissement des eaux en matière organique et en nutriments, ainsi qu’à l’entrée de produits chimiques et même de micro-organismes et de parasites déstabilisant les communautés aquatiques et augmentant le niveau de toxicité de l’eau.

Plastiques et microplastiques

L’un des éléments les plus polluants de la planète. Les plastiques peuvent causer des plaies, des malformations et des amputations chez les animaux lorsqu’ils deviennent accrochés quelque part sur le corps. Les gros plastiques (sacs, pailles, bouteilles) sont confondus avec de la nourriture par les animaux. Sa consommation provoque l’obstruction des voies respiratoires et peut mourir d’asphyxie, dans d’autres cas, elles sont enchevêtrées dans l’estomac et les intestins, de sorte que l’animal finit par mourir parce qu’il ne peut pas les nourrir ou être capable de les expulser.

Des microplastiques (plastiques de moins de 5 mm) tels que des nurdles (matières premières pour la fabrication de plastiques), des paillettes, des microsphères cosmétiques et d’autres petits fragments de plastique ont été trouvés dans le système digestif des poissons, des oiseaux et même des humains à la suite de leur mouvement dans la chaîne alimentaire. Mais le problème des plastiques va beaucoup plus loin, étant donné que les composés organiques sont capables d’absorber les toxiques de l’environnement, de sorte qu’une fois ingérés, ils s’accumulent dans les tissus et se déplacent dans la chaîne alimentaire.

Filets fantômes

Ce sont ces filets qui sont perdus ou jetés à la mer. Lorsqu’ils sont laissés à la dérive, des animaux tels que les tortues, les oiseaux, les dauphins et les requins s’emmêlent en devenant leurs bourreaux. Ils peuvent causer des blessures graves, des lacérations et la mort car les animaux ne peuvent pas bouger et s’échapper.

Nuisance sonore

Le son des sonars, des sous-marins, des navires et des installations pétrolières et minières peut s’étendre sur des kilomètres à travers l’environnement marin. Cela affecte directement les grands mammifères tels que les baleines, les marsouins ou les dauphins qui utilisent les ultrasons pour migrer, se nourrir, se reproduire ou communiquer.

 

Conséquences de la pollution marine

Les conséquences de la pollution sont très diverses et se font déjà sentir.

Îles en plastique

À la suite de la pollution plastique, des îles entièrement en plastique ont émergé. Le Great Pacific Garbage Patch a été découvert en 1997 et occupe une superficie plus grande que celle de l’Espagne, de la France et de l’Allemagne réunies, est situé entre Hawaii et la Californie et pèse environ 80 000 tonnes métriques. En outre, ces dernières années, plusieurs autres parcelles ont été détectées, une autre dans le sud de l’océan Pacifique près des côtes du Chili et du Pérou, et une autre dans le nord de l’océan Atlantique près des côtes américaines. Ces îlots de plastique sont maintenus par l’existence de tourbillons créés par les gyres océaniques, un type de courant d’eau circulaire.

Eutrophisation et manque d’oxygène

Comme nous l’avons déjà expliqué, l’une des conséquences des rejets d’eaux usées et d’autres produits chimiques est l’eutrophisation. En raison de la prolifération des algues, l’oxygène dissous dans l’eau est épuisé de sorte que presque aucun organisme ne peut survivre dans ces conditions d’anoxie. En outre, dans ces circonstances, d’autres substances toxiques telles que les oxydes d’azote, des gaz à effet de serre plus puissants que le dioxyde de carbone, peuvent être libérées. Ces zones eutrophes sont connues sous le nom de zones mortes, parmi les plus de 400 qui sont estimées mettre en évidence le golfe du Mexique.

Acidification des océans

D’autre part, les industries contribuent doublement à la pollution des océans, non seulement par les déchets qu’elles génèrent, mais aussi par les émissions de gaz à effet de serre qui provoquent l’acidification de nos océans. Naturellement, le CO2 se dissout dans l’eau des océans libérant des protons à la suite de cette réaction provoquant une diminution du pH de l’eau et donc une acidification de celle-ci.  Cette acidification affecte les processus de calcification entravant la formation de carbonate de calcium. Cela a entraîné le blanchissement des coraux et la faiblesse des structures calcaires qui protègent et façonnent les mollusques, les crustacés et différents micro-organismes (diatomées, coccolithophores,   fominifères). 

Perte de biodiversité due à la pollution marine

Enfin, il convient de noter comme l’une des pires conséquences de la pollution marine la perte de biodiversité, car en fin de compte tous ces agents (plastiques, produits chimiques, métaux) et processus (eutrophisation, acidification) affectent négativement la vie marine. Malheureusement, les espèces qui souffrent le plus des conséquences de la pollution marine sont les espèces qui sont déjà en danger d’extinction auxquelles on ajoute plus de pression. N’oubliez pas que beaucoup de ces espèces qui disparaissent sont celles au sommet de la pyramide trophique, comme les grands prédateurs (orques, requins, tortues, phoques) et que leur disparition déclencherait des effets négatifs sur les communautés.

Aequora lanzarote vertical 250
#SEEYOUSOON
Working to Return better than ever!!

Abonnez-vous à notre newsletter et vous obtiendrez un 5% de réduction dans votre prochaine réservation.